Tristesse

Connaissance - MOOC

 

Tuer pour des dessins…

La bêtise est sans limite, d’autant que l’effet escompté sera bien évidemment opposé à celui recherché. Non seulement la liberté d’expression n’a pas été anéantie en ce début d’année 2015, mais elle ne fera que se renforcer.

Les noms des victimes resterons dans les mémoires bien après que ceux de leurs agresseurs aient été oubliés.

Si cela ne devait prouver qu’une chose, c’est, une fois encore, que la plume (que ce soit à travers des mots ou des dessins) est plus forte que n’importe quelle arme ou acte de violence.

Laisser un commentaire